Politique d’apprentissage de la propreté

Ne vous inquiétez pas, il est faux de dire que les enfants doivent obligatoirement être propres à deux ans. Chacun y va à son rythme. Laissez-lui le plaisir d’être fier de lui-même!

But

Offrir à l’enfant un milieu répondant à son niveau de développement physiologique, notamment lors de l’apprentissage de la propreté.

Chaque enfant est un être unique et possède son propre rythme d’apprentissage. La réceptivité à devenir propre ne devrait pas être dictée par l’âge de l’enfant, mais par des signes de maturation physiologiques et psychologiques. Plusieurs de ces signes doivent être présents avant de débuter l’apprentissage de la propreté.

Signes physiologiques

  • La couche demeure sèche pendant au moins 2 heures.
  • L’enfant peut demeurer assis sans appui environ 10 minutes.
  • Assis ou accroupi, l’enfant est capable de se relever par lui-même.
  • Le menu de l’enfant est semblable à celui de l’adulte.
  • L’enfant est capable de baisser son pantalon.

Signes psychologiques

  • L’enfant collabore avec l’adulte sans trop s’opposer.
  • L’enfant a acquis une certaine autonomie affective et a envie de faire seul (habillage, manger, s’endormir, etc.)
  • L’enfant veut voir et imiter ceux qui vont à la toilette.
  • L’enfant se montre inconfortable lorsque sa couche est souillée.
  • L’enfant utilise des mots simples associés à l’apprentissage de la propreté.

Moyens : Lorsque l’enfant est prêt à la maison et au CPE

  • Établir une bonne collaboration entre le parent et l’éducatrice.
  • Éviter de commencer l’entrainement juste au moment où l’enfant vie des changements importants (changement de groupe au CPE, déménagement, changement de routine). Il est préférable d’attendre le moment où l’enfant est stable et bien disposé.
  • Enlever les couches progressivement, remplacer par une culotte pour de courtes périodes. (Les Pull-ups sont pratiques pour les siestes et les les sorties.)
  • Proposer le petit pot à l’enfant, car il a un appui pour les pieds, plus stable. (Avant d’utiliser la toilette).
  • Instaurer des routines d’hygiène souples.
  • Respecter les refus de l’enfant et essayer de nouveau un peu plus tard.
  • Féliciter à chaque fois que l’enfant fait une selle ou un pipi dans le pot et le laisser activer la chasse d’eau.
  • Il est normal qu’il y ait des accidents. (L’enfant n’a pas encore acquis la pleine maturité du contrôle de ses sphinters.) L’enfant contrôle d’abord les urines et ensuite les selles. Ce qui veut dire que même si l’enfant fait ses pipis à la toilette il n’est peut-être pas encore prêt pour les selles.
    Éviter de remettre des couches, de faire un retour en arrière.
  • Lorsque survient un accident, l’enfant se change avec plus ou moins d’aide selon son degré d’autonomie et la situation.
  • Il faut surtout être patient et ne pas le comparer aux autres enfants.

Il est inutile, même nuisible de s’y prendre trop tôt sans que l’enfant soit assez mature et prêt. Des parents pourront être fiers de voir leur enfant propre mais ne feront pas le lien entre cet apprentissage précoce et diverses problématiques futures.